Le commerce équitable
Label et distributeurs


Producteurs du commerce équitable



AFRIQUE



Afrique du Sud

EKSTEENSKUIL ASSOC. - SOUTH AFRICAN DRIED FRUITS
Cette coopérative a été chargée par l'université de l'Etat libre d'Orange de développer,
les vignobles d'Eksteenskuil dans un contexte socio-économique difficile où les fermiers doivent faire face à des problèmes de propriété des terres, d'endettement et de manque de rendement. SAD (South African Dried Fruits) qui a longtemps travaillé avec des fermes commerciales dispose d'une infrastructure de qualité permettant aux petits fermiers de tester leur raisin, d'accéder à des crédits, de bénéficier de conseils techniques, etc.. Ces fermiers produisent des raisins secs de la variété Sultana Orange River et Thompson.


Bénin

A.T.B.D.
L'Aide Technique Bénévole au Développement (ATBD) est une association à but non lucratif qui a pour vocation de susciter la création et le développement de petites entreprises. Grâce à des fonds d’ATB-France, l’association béninoise a pu envoyer ses membres au CEAS du Burkina Faso, pour apprendre à construire des séchoirs et à sécher les aliments. L'ATBD a construit à Abomey un centre de séchage de fruits et légumes de 120 m² environ et a démarré la production d’ananas séchés, destinés à l’exportation. L’association compte 12 membres.


Burkina Faso

CERCLE DES SECHEURS
L'Aide Technique Bénévole au Développement (ATBD) est une association à but non lucratif qui a pour vocation de susciter la création et le développement de petites entreprises. Grâce à des fonds d'ATB-France, l'association béninoise a pu envoyer ses membres au CEAS du Burkina Faso, pour apprendre à construire des séchoirs et à sécher les aliments. L'ATBD a construit à Abomey un centre de séchage de fruits et légumes de 120 m² environ et a démarré la production d'ananas séchés, destinés à l'exportation. L'association compte 12 membres.

LAAFI
L'exportation du beurre de Karité vers l'occident se développe de plus en plus avec une demande très forte sur le marché du cosmétique mais aussi de l'agroalimentaire (essentiellement pour le chocolat). Là commencent les problèmes, ce marché occidental est un nouveau débouché pour les femmes burkinabés qui en sont ravies, mais le prix auquel leur est acheté le beurre est dérisoire et le plus souvent elles vendent à perte.
Le beurre de Karité distribué par Andines est acheté à un prix équitable au groupement de femmes LAAFI de Tenkodogo au coeur du Burkina Faso.
Andines achéte le beurre de karité à 33F le kilo au lieu de 5 à 6 francs, prix actuel du marché international. Ceci permet à la coopérative d'investir sur le long terme (local, four, moulin, charette, etc) tout en rémunérant le travail à un taux décent minimum (600F mensuels pour un plein temps).
"LAAFI" signifie santé et bien-être en Mooré (dialecte burkinabé).


Egypte

ASSOCIATION SIWA COMMUNITY DEVELOPMENT AND CONSERVATION
L'Association Siwa Community Development and Conservation regroupe les 13 tribus présentes à Siwa, soutient la commerciallisation des produits agricoles, fournit de l'assistance technique et organise des projets de micro-crédits.


Ghana

KUAPA KOKOO
L'organisation ghanéenne Kuapa Kokoo est la première association du cacao indépendante du Ghana et la seule qui se mobilise pour des petits producteurs. Traduit de la langue twi, Kuapa Kokoo signifie «Association des bons planteurs de cacao». Elle a été fondée en 1993 à Kumasi par une trentaine de sociétés villageoises. Elle rassemble environ 3000 familles de paysans pour qui le cacao est la plus importante et parfois l'unique source de revenu. Elle opère des paiements en liquide à la livraison de la récolte, octroie des crédits. La commercialisation du cacao était jusqu'en 1993 effectuée par une instance étatique. L'association fait partie des cinq organisations ayant obtenu une licence commerciale (incluant l'exportation). Sa devise «Pa Pa Paa!» signifie «la meilleure qualité».


Kenya

MERU HERBS
Derrière la production de tisane d'hibiscus se dessine un vaste projet d'irrigation mené par le Diocèse de Meru au Kenya. Ce projet, initié en 1987, visait à répondre à deux nécessités : limiter les effets de la sécheresse et permettre une meilleure production dans cette région aride. En 1991, afin d'augmenter leurs revenus, quelques fermiers commencent à faire pousser l'hibiscus, plante nécessitant peu d'eau et peu de soin. Des femmes sont employées pour les décortiquer, les sécher et les emballer. Le projet d'irrigation et la commercialisation de tisanes ont permis d'améliorer la variété de l'alimentation et la nutrition.


Maroc

COOPERATIVE FEMININE ESSAOUIRA
L’huile d’Argan distribué par Arc en Sels provient d’une coopérative dans la province d’Essaouira. Cette coopérative féminine a été créée par des femmes pour aider des femmes seules en difficultés.
En consommant cette huile, vous participez au reboisement des forêts et au bonheur de ces exploitants, à de meilleures conditions de travail grâce à l’investissement de presses, de machines d’extraction pour alléger le travail, au développement durable puisque des actions de formations et d’alphabétisation sont engagées.


Ouganda

IGARA
Dans les années 80 en Ouganda, le secteur du thé est relancé grâce au transfert de propriété de certaines usines de transformation publique aux petits producteurs et à la restauration de vieux théiers accompagnée de rénovation d'usines. L'usine d'Igara se trouve à 1200m d'altitude. Les plantations des paysans se situent quant à elles dans un rayon de 80km autour d'Igara et leur superficie moyenne est de 0.8ha. On compte 1557 producteurs organisés en comités autour des centres de collecte. En plus du salaire, les producteurs peuvent bénéficier d'une aide technique et de formations pour améliorer la qualité de leur culture. L'usine d'Igara emploie 190 personnes. La direction de l'usine a plusieurs projets qu'elle souhaite pouvoir réaliser dans un avenir proche : la création d'une école maternelle rattachée au dispensaire, la préservation des sources d'eau existantes, etc..

KAYONZA
Dans les années 80 en Ouganda, le secteur du thé est relancé grâce au transfert de propriété de certaines usines de transformation publique aux petits producteurs et à la restauration de vieux théiers accompagnée de rénovation d'usines. Située à 900km à l'ouest de Kampala, la région de Kayonza est isolée de toutes les infrastructures de base. Il n'y a pas non plus d'électricité. Les 1755 producteurs de Kayonza sont organisés en comités de collecte. Les producteurs sont à présent propriétaires de leur usine de transformation et sont responsables de la distribution des bénéfices.


Swaziland

ESWATINI SWAZI KITCHEN
Eswatini Swazi Kitchen a créée dans le cadre du Projet d'Aide aux Jeunes de Manzani, un programme destiné à aider des enfants abandonnés et à leur offrir des perspectives d'avenir. Eswatini Swazi Kitchen produit ainsi des confitures (goyave, pêche-gingembre, citron vert) et des sauces (chutney, chutney mangue, piment). Les profits qu'elle dégage sont reversés au Projet. L'organisation se compose de 13 permanentes, chargées de la coupe, de la cuisson, de la congélation, de l'étiquetage et de l'expédition. Les fruits et légumes sont achetés à des paysans. Les paniers en vannerie sont confectionnés par des femmes en milieu rural. Les cuillers en bois sont sculptées par des réfugiés mozambicains.


Tanzanie

TANGANYKA INSTANT COFFEE LTD
La Tanganyka Instant Coffee Company LTD, société à 75 % à de participation d'état et à 25 % de participation coopérative fabrique le café soluble EQUO.
Le syndicat ouvrier garantit de bonnes conditions de travail.

KIBENA
En 1969, les Tanzaniens purent cultiver le thé soutenus par organisme gouvernemental, la TTA (Tanzania Tea Authority), qui impulsa notamment un programme destiné à agrandir les parcelles des petits cultivateurs. Les producteurs et les ouvriers de l'usine de Kibena sont originaires de villages situés à environ 1600m d'altitude. Cette région souffre chômage et des faibles revenus de sa population. Il manque d'infrastructure au niveau de la santé, de l'éducation, de l'accès à l'eau potable et à l'habitat. L'usine de Kibena transforme aussi bien le thé des petits producteurs individuels que celui de sa propre plantation. Les avantages liés au contrats de travail sont nombreux : la retraite couvre 75% du salaire et il existe un congé maladie ainsi qu'un congé maternité. De plus tous les travailleurs ont accès à un Fonds National de Prévoyance. Le logement est facilité pour les cultivateurs et cueilleurs de la plantation. Comme les infrastructures d'éducation ne sont pas suffisantes, les ouvriers et les cultivateurs ont construit, avec le surplus de la vente du commerce équitable, une école primaire dans chacune des plantations.

KILIMANJARO NATIVE COOPERATIVE UNION
Créée en 1925, Kilimanjaro Native Cooperative Union (KNCU) a pour objectif de collecter tout le café de la région du Kilimanjaro. Les coopératives de premier niveau viennent lui livrer leur café. Le total des membres des coopératives affiliées s'élève à environ 150 000 paysans. Ces derniers possèdent entre 0,5 et 1,5 acres de terre sur lesquelles ils cultivent outre le café, des bananes, des légumes et des fruits. Les engrais chimiques ne sont pas utilisés faute de ressources. Les coopératives de premier niveau élisent des représentants à l'assemblée générale de KNCU. Cette instance décide du budget et des avances aux caféiculteurs. C'est sous son contrôle qu'est gérée la prime du commerce équitable. Les grains d'arabica venus de la KNCU entrent dans la composition du Manoubé.


AMERIQUE CENTRALE - AMERIQUE DU SUD



Bolivie

ASSOCIACION NACIONAL DE PRODUCTORES DE QUINUA (ANAPQUI)
La quinoa est une des plus anciennes cultures vivrières des Andes. Afin de remédier à la vente à perte de quinoa, des communautés villageoises fondent en 1983 ANAPQUI, une association regroupant des producteurs au niveau communautaire, provincial, régional et national. Ses objectifs : éliminer les intermédiaires et offrir aux membres de meilleurs prix d'achat; augmenter la valeur marchande de la quinoa ; explorer les marchés étrangers. ANAPQUI gère la logistique jusqu'à l'exportation. Les bénéfices des ventes permettent de financer des programmes d'éducation et de formation. L'excédent est redistribué aux producteurs. La quinoa est cultivée de façon biologique.

COOPERATIVA AGRICOLA INTERGRAL CAMPESINO LTD
Fondée en 1980, la Cooperativa Agricola Integral Campesino Ltd collecte, transforme et commercialise les produits agricoles de 20 communautés forestières auxquelles elle est associée. Elle promeut la production agricole et forestière. La noix d'Amazonie est un produit récolté dans la jungle. Les habitants des forêts, associés à la coopérative, appliquent un système agricole traditionnel et n'utilisent aucun fertilisant.

EL CEIBO
Au début des années 1970, en raison de l'infertilité des plateaux en Bolivie, des milliers de familles ont migré vers les plaines et se sont lancées dans la culture du cacao mais elles furent exploitées par les intermédiaires. En 1977, quelques douzaines de paysans regroupés en communautés villageoises ont réuni leurs efforts pour fonder la première organisation de commercialisation communautaire, El Ceibo. Cette organisation a pour objectifs d'améliorer la commercialisation, de réduire le pouvoir des intermédiaires et de renforcer l'entraide entre les membres par une organisation autonome. El Ceibo s'est spécialisée dans l'agriculture biologique. L'organisation regroupe 36 coopératives de base. Pour diminuer les effets de l'écroulement des prix du cacao, une alternative consiste à augmenter la plus-value retenue localement en transformant le produit sur place (en beurre, poudre...). El Ceibo possède une usine de transformation, elle se charge de la logistique, du soutien technique et social, de la gestion et de la vente. L'organisation produit le cacao en poudre biologique El Ceibo. Son beurre de cacao entre dans la composition des chocolats MASCAO.


Brésil

CEALNOR
Cealnor s'est constituée en 1993, à partir d'associations de communes du nord de Bahia. Cette organisation regroupe 19 associations de 5 communes représentant au total 850 petits agriculteurs. 350 cultivent des oranges comme activité principale. Cealnor achète les oranges aux agriculteurs et les livre à l'usine de transformation qui produit du concentré de jus d'orange. Une fois concentré et congelé, le jus envoyé à Oxfam Wereldwinkels (Belgique). Une des priorités de Cealnor est d'apporter un soutien technique à ses membres. Les plantations doivent être entretenues de la floraison à la récolte des fruits (terre à ameublir, taille des jeunes plants, désherbage autour des arbres, lutte contre les insectes, etc.).

COASA
COASA est une coopérative de la région de Pícos (Brésil), caractérisée par sa pauvreté et sa sécheresse. Les arbres à cajou nécessitant peu d'eau peuvent s'y développer. La production de noix de cajou apporte des revenus à une centaine producteurs. Malgré le prix plus élevé du commerce équitable, ils ne peuvent toutefois vivre uniquement de l'exportation et travaillent soit à la production agricole ou essayent de se trouver un travail d'appoint.

COOPERCAJOU
Coopercajou est une organisation à but non lucratif, gérée sous forme de coopérative. L'organisation souhaite améliorer les conditions de vie des personnes défavorisées, autrefois des sans-terre, habitant en milieu rural. Coopercajou compte 127 membres producteurs. Elle commercialise et exporte les noix de cajou produites sur environ 1500 hectares. Elle utilise l'avance du commerce équitable pour l'achat de matériel pour les producteurs (pour la culture, la mise sous vide, etc.) et pour l'achat des noix de cajou auprès des producteurs. Elle se charge de la transformation et de l'emballage. La création de l'organisation a été très bénéfique pour l'ensemble de la région et a eu un impact pour limiter l'exode rural. Les noix de cajou de Coopercajou entrent notamment dans la composition du mélange fruits secs.


Colombie

COSURCA
La coopérative Cosurca est composé de 300 petits producteurs.
Ces agriculteurs vivent sur les flancs de la cordillère des Andes, dans une région très défavorisée, où ils ont su s'organiser pour s'opposer à la misère, à la violence et aux cultures de la coca et du pavot.
La vente de café Soberano dans des conditions équitables leur permet d'améliorer eux-mêmes leurs conditions de vie tout en respectant leur environnement.


INGRUMA
La coopérative Ingruma compte 1500 producteurs. Elle souhaite améliorer les conditions de vie des communautés indigènes par la vente de café. Depuis 1992, date de sa création, Ingruma a bénéficié de nombreuses aides ainsi que de financements qui ont permis la mise en place de 2 centrales de séchage et la construction d'accès aux routes et aux maisons pour 38 familles pauvres. Ingruma a aussi reçu des aides en matière d'éducation et de communication. Les femmes sont très actives dans la production de café : elles s'occupent d'au moins 50% du processus de fabrication. Les producteurs n'utilisent que peu de fertilisants chimiques. Le café qu'ils produisent est utilisé dans l'élaboration du café Bénita.


Costa Rica

COOCAFE
Coocafé réunit 8 coopératives de café (environ 3000 membres) : Coope Cerro Azul, Coopetila, Coope Pilangosta, Coopeldos, Coope Montes de Oro, Coope Santa Elena, Coope Sarapiquí, Coopabuena. Coocafé dispose d'un programme de crédits à faible taux d'intérêts pour ses coopératives principalement utilisé pour combler les besoins en capital, en financements de récoltes et en infrastructures de ses membres. Outre la production et torréfaction de café, Coocafé a mis en place des programmes ayant trait à l'éducation des enfants en milieu rural, à la protection de l'environnement, à la promotion de la femme. Le café de Coocafé entre dans la composition du café soluble Benita.

COOPEAGRI EL GENERAL
A l'origine productrice de café, cette organisation s'est convertie à la culture du sucre en 1974. Dix ans plus tard, elle réalise l'exportation directe de son sucre à des prix garantis. Les producteurs bénéficient d'une avance de 60% à la livraison de leur production ; des contrats d'achat sont décidés à l'avance pour une récolte minimale ; les employés temporaires et permanents bénéficient d'un système de sécurité sociale. Le sucre de canne de Coopeagri entre dans la composition des chocolats Compañera.

COOPECANERA
Coopecañera est une association regroupant des petits producteurs de canne à sucre (environ 1100 membres). Elle leur fournit tout ce qui peut être nécessaire à la production ainsi qu'une assistance technique et un ensemble de services liés à la récolte (pour la coupe de la canne à sucre, le nettoyage et le transport à la raffinerie). Coopecañera s'occupe de la transformation en sucre dans sa propre raffinerie. L'Assemblée Générale composée de l'ensemble des membres de la coopératives se réunit au moins une fois par an. Le sucre de Coopecañera est utilisé dans l'élaboration du cacao en poudre instantané, du chocolat et de la pâte à tartiner "Equita".


Cuba

CPA JOSE MARTI
Créée en 1979, la CPA (Coopérative de Production Agricole) José Marti. Elle compte environ 80 membres qui produisent principalement des agrumes particulièrement des oranges sur 500 ha. Les 20 à 25 tonnes d'orange cueillies par jour (durant la récolte) sont acheminées à l'usine de transformation. Le jus obtenu est filtré, chauffé puis concentré. Il est ensuite stocké dans des barriques et conservé à 18°C. Les producteurs membres de CPA perçoivent un salaire mensuel basé sur le nombre de jours de travail auquel s'ajoutent des primes de productivité ou de rentabilité, lorsque la parcelle qu'ils cultivent a un rendement supérieur aux prévisions. Des travailleurs saisonniers sont employés pendant la période de décembre à mai. La CPA leur paye un salaire fixé par l'Etat et leur verse aussi des primes de productivité. La CPA José Marti est inscrite au registre de FLO (Fair Trade Labelling Organizations).


Guatemala

CHAJULENSE VA'L VAQ QUYOL
Chalujense Va'l Vaq Quyol a pour objectif de promouvoir l'amélioration des conditions de vie de la population locale maya-ixil. Cette association composée de 2500 membres a mis en place une pharmacie communautaire et un magasin de produits de première nécessité. Chajulense Va'l Vaq Quyol est inscrite au registre FLO (Fair Trade Labelling Organisations - dont est membre Max Havelaar). Les producteurs bénéficient de prix d'achat supérieur au cours mondial, du préfinancement partiel des récoltes et de contrats de longue durée. Le café arabica pousse autour de 1200 à 1300 m d'altitude. Il entre dans la composition du café biologique Expresso.

FEDECOCAGUA
Fedecocagua est une fédération de plusieurs coopératives affiliées qui compte environ 20 000 membres, dont 6 000 femmes. Fondée en 1968, pendant la guerre civile, elle vise l'accès au marché international, elle souhaite mettre fin au recours à des intermédiaires peu scrupuleux et également servir de stabilisateur local des prix. Les membres peuvent participer à la prise de décision sur la stratégie de l'organisation et sur la répartition des bénéfices de manière démocratique, au cours des Assemblées Générales. Chaque coopérative applique ses propres critères et gère démocratiquement l'utilisation des bénéfices issus de la vente de son café. Ainsi, ces nouvelles ressources peuvent être utilisées pour le développement social, les frais de fonctionnement, la logistique, la santé, le logement, l'éducation, le transport et la sécurité...


Honduras

LA SURENITA
La Sureñita est une coopérative de transformation de noix de cajou initiée par des femmes. Trois autres coopératives faisant partie de la structure de La Sureñita participent également à la transformation des noix de cajou. On compte 160 femmes associées. Les coopératives ont pour objectifs notamment d'améliorer les conditions économiques et sociales dans une des régions les plus pauvres du Honduras, d'augmenter la production ainsi que les possibilités d'emploi. Les 4 coopératives ont créé un Comité de Coordination leur permettant de recevoir un soutien technique et un suivi. Il se charge également de l'emballage et du transport. Les producteurs de noix de cajou reçoivent des prix garantis au moment de la récolte des noix et un réajustement est fait lorsque la récolte est entièrement livrée.


Mexique

CIRSA
Constituée en 1995, l'association mexicaine CIRSA a pour objectif d'obtenir de meilleurs prix pour la vente de café de petits producteurs. Les producteurs ont décidé de se tourner vers les marchés du commerce équitable et vers la production biologique en réponse à la supériorité économique des intermédiaires. On compte 570 hommes et 12 femmes. Jusqu'à présent, la prime du commerce équitable a été redistribuée aux paysans dans le prix de vente comme subvention face à la crise du café. Une partie de l'argent du commerce équitable a permis de construire les bureaux en 2000. CIRSA fait partie de FIECH, une fédération de 7 organisations de producteurs.

KABITAH
Cette organisation d'apiculteurs sur la presqu'île du Yucatán. Elle se compose de 250 membres répartis dans 16 communes du Yucatán, organisés de façon démocratique. Les familles d'apiculteurs exploitent en moyenne 30 à 40 ruches. La production de miel a un rôle important dans l'économie locale. Le prix que les membres perçoivent est de 20 à 25% supérieur à ce que proposent les coyotes, intermédiaires peu scrupuleux. A leur admission, les apiculteurs reçoivent une ruche et une avance. Elle sera remboursée sur la première récolte. Ce miel est utilisé dans la fabrication des biscuits «miel et noix de cajou».

MAJOMUT
Union Majomut compte 1500 producteurs indigènes des ethnies Tzetal et Tzotzil, regroupés en 1983 pour commercialiser eux-même leur café. Union Majomut poursuit un programme d'agriculture biologique. La production de café est certifiée par Certimex (organisme de certification mexicain) préalable pour obtenir les certifications européennes. Union Majomut a vendu l'intégralité de ses récoltes de 1999-2000 et 2000-2001 au réseau de commerce équitable. L'organisation a pu ainsi obtenir un bénéfice substantiel ; elle a constitué un fonds et investi dans l'achat d'équipement. Elle a aussi amélioré son système de contrôle interne pour la certification biologique.

MIEL MAYA
L'histoire de Miel Maya remonte à 1975 avec la création en Belgique d'une association ayant pour objectifs d'importer du miel du Guatemala tout en soutenant sur place des projets de développement. En 1981, l'armée guatémaltèque détruit les coopératives du Peten qui bénéficient de l'aide procurée par la vente de Miel maya. L'association belge décide alors de travailler avec des groupes mexicains, implantés dans le Chiapas. Dans les années 90, cette région devient le théâtre d'affrontements entre l'armée et le mouvement zapatiste. La production de miel repart seulement en 1997. Miel Maya coopère exclusivement des groupes de petits paysans (on en compte 5). Miel Maya SA est la structure mexicaine qui achète et exporte le miel. Toutefois, Miel Maya encourage fortement l'autonomie des groupes à l'exportation.

MUT VITZ
Mut Vitz est une coopérative d'un millier de paysans indiens zapatistes au Méxique, en rebellion depuis 1994.
Ils revendiquent la dignité, la justice et la reconnaissance de leurs droits et de leur culture.
L'achat de ce café permet le développement de modèles alternatifs à la logique de manchardisation de tous les secteurs de la société.

UCIRI
UCIRI compte 4000 membres parmi les communautés indigènes de la région de l'Isthme. Cette "union" se bat pour obtenir de meilleurs prix pour le café mais également pour se libérer de toute oppression notamment celle des "coyottes" (intermédiaires). L'agriculture biologique n'est pas une idée nouvelle mais une tradition : ne pas tirer du sol (la Pacha Mama) plus qu'il ne donne. Le café d'UCIRI est un arabica doux de culture biologique qui entre dans la composition du café biologique Expresso.

URPPCZ
Fondée en 1983 URPPCZ, Union Régionale de Petits Producteurs, travaille dans les domaines agricoles, caféicoles, forestiers et agro-industriels. Elle compte 1500 membres et leur propose des services tels que le transport de café, l'assistance technique et la commercialisation du café. Elle a initié de nombreux projets (conversion biologique, plantation de pépinières, restauration des champs de café, reforestation en vue d'apporter l'ombre aux caféiers et pour le bois de construction). Les profits issus de la vente du café destiné au commerce équitable sont utilisés pour financer des programmes sociaux. L'URPPCZ est également présente dans les domaines de la santé et de l'éducation. Le café d'URPPCZ est utilisé pour l'élaboration du café Bénita.

YENI NAVAN
Yeni Navan se compose de 956 caféiculteurs indigènes qui suivirent à partir de 1989 un programme officiel de production biologique. Yeni Navan a les objectifs suivants : commercialiser des denrées agricoles, améliorer la qualité au moyen de la production biologique, améliorer les conditions de vie des agriculteurs et promouvoir les droits des femmes. L'organisation a vu dans le commerce équitable le moyen de se positionner sur un marché nouveau et de devenir un acteur indépendant. Yeni Navan dispose de sa propre licence d'exportation et d'équipements pour le décorticage, le calibrage et le stockage du café. En 2000-2001, l'organisation a exporté 259 tonnes de café biologique.


Nicaragua

CECOCAFEN
Créée en 1997, CECOCAFEN est la Centrale des coopératives des caféiculteurs du Nord du Nicaragua. Elle commercialise le café d'environ 2100 membres. CECOCAFEN offre conseils et formations. Elle accorde un préfinancement et des crédits à ses membres. Le travail de CECOCAFEN est soutenu par plusieurs organisations internationales parmi lesquelles la fondation allemande Friedrich Ebert Stiftung et l'ONG hollandaise SNV.


Paraguay

OTISA
Créée en 1975, OTISA est une société qui après avoir connue diverses activités, a démarré la production de sucre biologique. Elle travaille étroitement avec les producteurs de canne à sucre de la région de Arroyos et Esteros, regroupés en 3 organisations (la Cooperativa El Arroyense, la Cooperativa Manduvirà et le Comité Montillo). Elles réunissent 468 membres et ont une gestion autonome. OTISA offre aux producteurs un prix plus élevé que dans le circuit traditionnel et leur propose des formations techniques à travers différents programmes (exploitation durable des terres, engrais vert, etc.). Il y a également un projet scolaire pour les communautés.


Pérou

APARM
APARM est une association de petits producteurs créée en 1990 pour lutter contre les bas prix des acheteurs de café. Elle a mis en place une structure de réception, de transport et de commercialisation du café. La majorité de ses 170 membres appartient au programme de production biologique. APARM propose une assistance technique pour les méthodes de culture et de transformation du café ainsi que des crédits à court terme. Un fonds de protection sociale est utilisé en cas de maladie.


CEPICAFE / PIDECAFE
CEPICAFE est une organisation de petits producteurs du nord du Pérou (d'environ 1200 membres) créée par Pidecafé, ONG souhaitant développer la culture biologique du café. Grâce à un travail conjoint, les deux organisations proposent aux membres des formations agricoles, un fonds commun d'investissement et une assistance alimentaire pour les enfants et les femmes. L'rabica moulu de CEPICAFE entre dans la composition du café Quetal.


République Dominicaine

CONACADO
Cette confédération rassemble 9 organisations régionales regroupant elle-mêmes 130 coopératives. 9000 petits fermiers en sont membres. Elément central du travail de Conacado : la commercialisation directe du cacao par les fermiers. Dès sa création, en 1987, elle les encourage à la production biologique. L'orga-nisation leur octroie des crédits à des taux d'intérêts préférentiels, leur distribue les bénéfices. Le fonctionnement est démocratique : l'assemblée générale des coopératives, qui rassemble tous les fermiers, se réunit une fois par an. Conacado a créé 3 groupes féminins de production alimentaire et de dérivés du cacao. Le cacao de Conacado entre dans la composition des chocolats Mascao et des Choco Domino.


ASIE



Inde

AGROCEL
AGROCEL est une entreprise à responsabilité limitée, créée en 1985. Elle aide les petits fermiers et les fermiers marginalisés dans la production de coton en commercialisant les produits dont ils ont besoin (pesticides, produits chimiques ou organiques, équipement...) et en leur apportant des formations sur les techniques de production. Elle propose également aux producteurs de coton des services de marketing. Dans le cadre d'un projet de production de coton biologique, elle encadre 12 fermiers. Le coton produit par ces producteurs sert à la fabrication de t-shirts. AGROCEL produit également des noix de cajou.

TEA PROMOTERS INDIA
Alors que le marché de production du thé en Inde perpétue un système colonial, l'entreprise familiale Tea Promoters India a décidé de transférer le pouvoirs aux travailleurs, leur laissant la gestion de ses deux plantations Samabeong et Banaspaty. Sur la plantation Samabeong (dans la région de Darjeeling) Tea Promoters India a introduit des méthodes d'agriculture biologique, grâce à un fonds alimenté par 10% prélevés sur le prix de vente du thé. Cette plantation réunit 230 cueilleurs de thé qui reçoivent le salaire minimum légal et plusieurs prestations (prêts sans intérêts, logement gratuit, indemnisation en cas de maladie, retraite). L'argent du commerce équitable est réinvesti dans des programmes de formation et des aménagements sociaux. Viennent de Samabeong : le thé bio darjeeling, le thé vert bio darjeeling, le thé vert bio darjeeling au jasmin, les infusettes bio darjeeling. La plantation Banaspaty (située dans l'Assam) a été reprise par Tea Promoters India en 1995. Banaspaty dispose d'habitations rudimentaires (sans eau potable, ni sanitaires) et d'une école primaire. Les premières têtes de bétail ont pu être achetées grâce à l'argent du commerce équitable et avec la vente de lait, les familles ont presque doublé leurs revenus. Le thé bio d'Assam vient de Banaspaty.


Laos

ASSOC. DE SOUTIEN AU DEVELOPPEMENT DES SOCIETES PAYSANNES
Association de Soutien au Développement des Sociétés Paysannes (ASDSP) recherche des axes de développement au Laos. Cette association est animée par des Laotiens ayant une vision claire des besoins de la population rurale. Ses objectifs sont d'améliorer les conditions de vie des paysans, de protéger les forêts, d'agir aux niveaux de l'éducation et de la santé. ASDSP a initié de nombreux projets, notamment des barrages pour l'irrigation et la pisciculture. Elle a su également transformer les produits offerts par la nature (fruits, sève de palmier, thé, riz de différentes variétés). La vente des produits finis (confitures, jus, bière, etc.) est une véritable source de revenus pour des petits paysans réunis en coopérative. L'exportation permet de valoriser ces produits sur le marché interne. ASDSP ne s'intéresse pas uniquement aux produits alimentaire, elle propose également des écharpes et cadres pour photos réalisés artisanalement.


Palestine

P.A.R.C.
P.A.R.C. ou Comité Palestinien d'Entraide Agricole est une organisation non gouvernementale créée en 1983 par des agronomes et jeunes fermiers décidés, en l'absence de services agricoles adéquats, d'offrir des services et conseils aux fermiers palestiniens. Cette O.N.G. a donc entrepris un vaste programme de dévelop-pement rural, dans les Territoires Palestiniens, en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza, destiné à renforcer le secteur agricole et à encourager le maintien de techniques agricoles. P.A.R.C. offre des conseils liés à l'utilisation de pesticides, de compost, la culture de légumes sous serre, la stérilisation solaire etc. et travaille dans le respect de l'environnement. P.A.R.C. agit pour la promotion du statut des femmes en milieu rural, en donnant à celles-ci l'opportunité de développer leur capacité à diriger et à s'organiser. Plus de 24 000 personnes bénéficient de son action. P.A.R.C. possède une petite usine à Birzeit pour la transformation des produits agricoles. Sont produits : le couscous black maftoul, l'huile d'olives ainsi que des olives.


Philippine

ALTER TRADE
Fondée en 1986, Alter Trade est la centrale de commercialisation des organisations populaires ("people's organizations") de l'île de Negros. Son but est de coordonner et de soutenir les efforts de développement d'organisations membres, organisations de base non gouvernementales (ouvriers du sucre sans terre, petits cultivateurs, pêcheurs, citadins pauvres, etc.). Elle mène des actions pour briser la dépendance des petits producteurs face aux propriétaires terriens. Alter trade se charge de la production, de l'emballage, de la commercialisation et de l'exportation du sucre de canne complet, Mascobado.

P.F.T.C.
Panay Fair Trade Centre (PFTC) a été créé en 1991 par une organisation de femmes. Ce centre coordonnait alors des activités de production et de transformation agricole. Elle a démarré la production de chips banane afin de de fournir du travail à des femmes démunies des quartiers de Iloilo. La réussite de ce projet a conduit PFTC à s'intéresser au sucre mascobado. PFTC travaille avec différentes coopératives. Un de ses fournisseurs pour le sucre est la coopérative Pitafa, située près d'Iloilo City. Aidée financièrement par des ONG, Pitafa a pu construire en 1988 sa propre unité de transformation. Ses membres livrent la canne à sucre au moulin de la coopérative où elle est broyée et le jus extrait. Pitafa offre à ses 30 membres des formations et fournit des engrais organiques. PFTC lui achète le sucre à un prix supérieur au marché local. L'emballage du mascobado et des chips de bananes est fait par des groupes de femmes.


Sri Lanka

PODIE
Podie a été fondée en 1974 suite à un projet d'insertion lancé par les églises catholiques de la région de Negombo. Deux prêtres, à l'initiative de ce projet, créent un atelier d'artisanat de production et d'exportation de batik et de cuir, mais c'est l'échec. Podie s'intéresse alors aux épices. Cette entreprise achète directement les épices à 6 groupes de petits producteurs (soit au total 200 personnes). Les petits producteurs ont généralement pour seuls acheteurs des intérmédiaires qui les rétribuent peu. Podie propose à ses fournisseurs un prix de 20 à 40% supérieur au prix pratiqué sur le marché. Dans les locaux de Podie, une cinquantaine de jeunes femmes procèdent à la transformation des épices, écrasent les bâtons de cannelle, préparent le mélange de poudre de curry... Elles reçoivent une formation professionnelle mais également scolaire. Leurs salaires sont supérieurs au minimum légal. Podie a créé une "caisse" pour les indemniser en cas de maladie et leur préparer une petite retraite. Ces femmes sont consultées lors de réunions mensuelles. Podie cherche à promouvoir des groupes autonomes ruraux qui veulent s'organiser en coopérative pour un commerce plus juste (sans intermédiaires).


STASSEN
Stassen produit du thé depuis 1987. La culture biologique du thé est un projet pilote pour le pays. Stassen oeuvre, en plus, à l'amélioration des conditions de vie des travailleurs (programmes de santé, d'éducation, création de jardins d'enfants, crèches, etc.). L'organisation veut aussi permettre aux travailleurs d'avoir leur propre terrain et leur propre maison. Stassen a aussi créé une banque rurale afin de permettre à la communauté d'épargner. Stassen soutient également le projet de développement rural de Dambadeniya, où les femmes fabriquent des boîtes en feuilles de palmier, destinées au conditionnement de ces thés. Stassen produit : le thé bio Pekoe, le thé bio BOPF en infusettes, le thé bio Earl Grey en infusettes, le thé miel citron en infusettes, le thé vert bio en infusettes.


Thailande

SURIN FARMERS / NATURE FOOD COOP / GREEN NET
Regroupés au début des années 80 pour combattre l'endettement, des cultivateurs de riz, petits paysans de différentes communautés villageoises de la province de Surin, ont reçu le soutien d'ONG locales et plus particulièrement de Surin Farmers Support. Ils ont pu, ainsi, créer une banque d'épargne et de riz : les membres y déposent de l'argent ou du riz et peuvent, lorsqu'ils en ont besoin, emprunter jusqu'à 3 ou 4 fois les montants ou quantités prêtés. Ils ont également mis en activité un moulin communautaire, afin d'échapper aux prix fixés par les meuniers, de coordonner l'achat, le conditionnement, l'emballage et le transport du riz vers Bangkok. Cette initiative a abouti à la fondation à d'une double structure d'exportation à Bangkok : Green Net et Nature Food Cooperative.
Q